top of page

Le contrôle qualité technique


Le contrôle de la qualité des travaux


L'habitude en termes de qualité est de se référer aux Règles de l'art . Cette notion est floue car non codifiée. Pour avoir une définition plus précise de ces règles, il est préférable de rendre obligatoires certaines normes et règles dans les documents du marche.

 

La gestion de la qualité est indissociable des visites de chantier, réguliers mais aussi inopinées, durant lesquels on vérifie la conformité des travaux par r apport aux documents du marche' et par référence aux plans et devis.

 

Il convient également de s'assurer que les produits ou  les matériaux commandes et livres sur le chantier sont bien conformes aux normes et spécifications du marché (entre autre la règle de nationalité et la règle d'origine s'il n'y a pas de dérogation de la part d'ECHO).

 

Des échantillons peuvent être prélevés ou demandés lors de chaque livraison afin  de vérifier leurs caractéristiques.


 La qualité des produits fabriqués doit  également être contrôlée, notamment dans le cas d'une construction en béton, durant laquelle des essais et contrôles doivent être effectues sur le béton frais ainsi que sur le béton durci.


Contrôle travaux en l’état de mise en place méthode

Le CONTROLE de QUALITE

 

  • Est la conséquence de la mise en place de la méthode de création d’un ouvrage

  • Est présent au début, en phase élaboration, se poursuit et se termine à la réception du chantier

  • Est une décision préventive, administrative et technique

  • Est le partenaire des différents BET participants à l’exécution de l’ouvrage

  • Consiste en la mise en place de points de passage obligatoires dans la vérification des travaux et des techniques de mise en œuvre dans le but d’en avoir le résultat prévu

  • Perd sa valeur de base dans le cas d’analyse de travaux existants (vices cachés) mais reprend une partie de sa valeur par le biais de l’observation et l’analyse lié à « l’œil neuf »

  • Permet au concepteur de projet de planifier son objectif final par la rédaction de contrôles de qualité techniques à l’avancement du projet, il évite ainsi les pertes de temps dues à des aléas de chantier ou de mise en œuvre non appréhendés à l’instant T ou ils devraient l’être

  • Aide à maîtriser les travaux cachés indispensables à la mise en place des superstructures ainsi que les parties de l’ouvrage non visibles exécution terminée

  • Prévient les aléas techniques, donc sécurise la construction

  • Prévient les pathologies inhérentes aux écarts de mise en œuvre ou mauvaise approche technique

  • Met en évidence les points d’attention

  • Est présent tout au long de la construction et est un observateur technique permanent dont le maître d’ouvrage peut consulter les rapports à l’avancement et par conséquence directe devient le garde fou du Maître d’œuvre

 

DEFINITION de LA MISSION CONTROLE TECHNIQUE :

 

  • Elaboration et définition de la politique qualité technique, environnementale ou autre de l’ouvrage

  • Mise en place de la définition qualitative

  • Planification et gestion des rapports entre participants à tous les niveaux

  • Mise en place du détail des clauses technique de contrôle

  • Etablissement de la liste des matériaux mis en œuvre avec contrôle des avis techniques suivant CC des BET participants

  • Mise en place du cahier technique de contrôle à produire à tous les intervenants

  • Pilotage, animation et organisation de la mise en place des contrôles

  • Mise en place de la gestion des points de contrôle obligatoires

  • Vérification et Validation des points de contrôle

  • Recherche des points amorçants de défaillance

  • Mise en évidence des conflits entre la réalité et les normes de tolérances dimensionnelles

  • Gestion qualitative en amont des modifications apportées par les Maîtrises d’ouvrages, Maîtrises Oeuvre et BET Ingénierie

  • Etablissement du cahier d’indice de satisfaction du contrôle à remplir par les intervenants

 

DEFINITION de LA MISSION ANALYSE FINANCIERE

 

Le contrôle de la Mission Analyse Financière est une annexe, elle n’est pas forcément annexée au Contrôle Qualité Technique

 

Le CONTROLE de QUALITE est l’observateur permanent qui met en place des points de contrôle techniques afin de prévenir les aléas de travaux, donc sécurise la construction.

 

C’est l’organisation principale qui permet de gérer et optimiser la qualité des couts

 

Cette optimisation générale prend sa valeur principale en fin de chantier, il est de notoriété générale que lors des opérations de réception beaucoup de réserves apparaissent et pour certaines datent du début du chantier, alors que si le contrôle qualité avait été mis en place à la conception de l’Ouvrage une majorité de ces réserves n’existeraient pas, il est tout à fait acceptable de dire et constater que 99 % des réserves n’existeraient pas à la réception

 

Les industriels ont bien compris ce problème depuis longtemps, la mise en place des contrôles qualité n’est pas un cout mais une économie donc des bénéfices

 

Le jour ou le bâtiment français aura compris que le contrôle qualité est le nerf de la guerre, que ce n’est pas un cout administratif à provisionner dans un chantier, mais une économie, donc un bénéfice, il aura fait un grand pas en avant.

 

LES ALEAS IRREVERSIBLES

  • Les aléas irréversibles ne peuvent exister qu’uniquement dans le cas ou au minimum un seul des participants à l’ouvrage n’a pas respecté une partie, même infime, de son marché, de sa mission ou les règles d’exécution et que personne ne l’ai signalé.

 

  • Tout un chacun admettra qu’il n’est, ni normal, ni logique, qu’une réception dans beaucoup de cas comporte un nombre de réserves non admissible. Il est à croire que ceci est rentré dans la logique. NON ce n’est pas acceptable.

 

  • Suite aux démonstrations précédentes il est évident d’admettre que si Maitrise d’œuvre il y a , et qu’elle s’est intéressée à son chantier ; si l’entreprise a fait preuve de constance et de professionnalisme, il ne peut pas y avoir de réserves à la réception.

 

  • Il faut aussi TENIR COMPTE de la REGLE, laquelle est écrite dans la norme NFP 03-001.



LA RECEPTION

 

1 - 17.1.1  Elle ne comporte pas de phase provisoire, et est définitive en une seule fois

2 - 17.1.4  La réception doit être prononcée contradictoirement

3 - 17.2.1.1.2  La réception ne peut être demandée qu’à l’achèvement de l’ensemble des ouvrages……………

4 - 17.2.5.1  Lorsque le procès verbal de réception fait état de réserves motivées par des omissions ou imperfections, il indique les manques ou défauts auxquels il doit être remédié

 

Description précédente, effective et la règle dit « Achèvement de l’ensemble…………………. », d’où le fait que peu de petits défauts peuvent être en réserves, donc aucun aléa irréversible

 

CONCLUSION : Que chacun fasse le travail pour lequel il a un contrat et les aléas irréversibles n’existeront pas


LE CONTROLEUR QUALITE

- Le contrôleur qualité ne doit en aucun cas être lié au Maitre d’œuvre, coordinateur SPS ou OPC

- Son seul lien est son contrat avec le Maitre d’Ouvrage, lequel, un fois signé interdit toute ingérence de la part du signataire   Maitre d’OUVRAGE dans l’exécution de la mission.

 

Il doit travailler en collaboration tout en gardant son indépendance.

 

Pour éviter les dérives, il est souhaitable que le lot « Contrôle qualité » ne soit pas affecté à un intervenant déjà existant, mais que ce soit un indépendant, ayant des pouvoirs suffisants pour effectuer sa mission, lesquels pouvoirs sur certaines phases qualitatives doivent être suffisamment puissants pour avoir une capacité de blocage voir arrêt de chantier s’il le juge

 

Le contrôleur qualité ne connaît pas les aléas irréversibles et du fait de sa mission ne peut les connaître.

 

Il est aussi intéressant à prévoir, que le contrôleur qualité doit être rémunéré au résultat, à savoir que sauf dans quelques exceptions en dimensionnement volume construit et financier, la prime de résultat doit être importante (en fonction des montants de travaux) , indexée au résultat lequel doit être  « le volume des réserves ».

 

A savoir que la prime de résultat doit être inversement proportionnelle au volume des réserves, lequel doit être défini sur le contrat pour chaque chantier en référence.

 

Le contrôleur qualité doit assumer le suivi qualité des réserves

 

En réalité il est important de donner les moyens au contrôleur qualité de participer à une réception sans réserve.

La dimension de l’Ouvrage ainsi que la note de complexité ne sont pas la référence ni l’objection pour invoquer l’impossibilité de réception sans réserve.

Comments


bottom of page